[7580] Aux E'tats-Unis, en 1998, les joueurs ont dépensé environ 50 milliards de dollars pour les jeux autorisés, davantage que pour le cinéma, la musique, les sports grand public, les parcs à thème et les jeux vidéo réunis. Selon une étude réce

[7580] Aux E'tats-Unis, en 1998, les joueurs ont dépensé environ 50 milliards de dollars pour les jeux autorisés, davantage que pour le cinéma, la musique, les sports grand public, les parcs à thème et les jeux vidéo réunis. Selon une étude récente, en Australie, plus de 80 % des habitants jouent au moins une fois par an, et 40 % chaque semaine. Dans ce pays, les adultes consacrent au jeu le double des sommes déboursées par les Européens et les Américains, soit en moyenne l'équivalent de 450 euros par an, ce qui fait d'eux les plus grands ' flambeurs ' du monde. [...] Le jeu est un véritable engouement universel, un engouement qui, au dire de certains, s'avère bénéfique. Sharon Sharp, porte-parole du Public Gaming Research Institute, a déclaré qu'aux E'tats-Unis, entre 1964 et 1999, les revenus de la loterie ' ont représenté environ 125 milliards de dollars dans le budget de l'E'tat, principalement depuis 1993 '. Une grande partie de cet argent a été consacrée à l'enseignement, aux parcs nationaux et à l'infrastructure sportive. L'industrie du jeu est aussi un important pourvoyeur d'emplois. Rien qu'en Australie, elle fait vivre environ 100000 personnes travaillant dans plus de 7000 sociétés. Par conséquent, les partisans des jeux autorisés plaident que ceux-ci, non seulement procurent du plaisir, mais aussi créent des emplois, gonflent les recettes fiscales et dynamisent les économies locales vacillantes. Quelle phrase est vraie ?

40% des Australiens jouent au moins une fois par an.

Les Australiens jouent moins que les Américains.

Le jeu améliore les économies locales.

Les Européens jouent en moyenne 450 euros par an.