[7631] La prison est-elle la panacée contre le crime ? S'interroge aujourd'hui l'Amérique. Malgré les 2 millions de détenus du pays - record absolu du monde occidental - la criminalité remonte. Alors qu'en neuf ans il avait chuté de 25%, le nombre d

[7631] La prison est-elle la panacée contre le crime ? S'interroge aujourd'hui l'Amérique. Malgré les 2 millions de détenus du pays - record absolu du monde occidental - la criminalité remonte. Alors qu'en neuf ans il avait chuté de 25%, le nombre d'homicides a, cette année, doublé à Boston et grimpé de 30% à Los Angeles. Du coup, la prison ne paraît plus l'arme anti-délinquance absolue. D'autant moins qu'au Texas, où le nombre de détenus a augmenté de 144% entre 1991 et 1998, la criminalité n'a baissé que de 30%. Un rapport de l'association Sentencing Project, un centre de recherche en matière pénale, avance d'autres explications à cette baisse momentanée : le niveau de l'emploi favorable aux Américains les moins qualifiés ; la désaffection des jeunes pour le crack, après les ravages dans les années 1980 ; le recul de la natalité à la fin des années 1970 (5% de jeunes hommes en moins dans les années 1990). Il reconnaît, enfin, que la révolution policière de New York, qui n'a pas fait augmenter la population carcérale de plus de 20%, a fait chuter sa criminalité des deux tiers et réduit du coup la moyenne nationale. De quoi s'occupe la Sentencing Project aux Etats-Unis ?

Des chiffres de la drogue.

De la situation de l'emploi.

De la natalité.

De la situation pénale.